Comment défiscaliser ?

C’ est la question que j’entends le plus souvent : « Je paie trop d’impôt, comment puis-je l’imposer ?  ». Il existe de nombreuses façons de faire des impôts en France. Je propose de les énumérer un par un dans cet article. Il est presque impossible de tout énumérer, mais cet article vous donnera une liste presque exhaustive de ce qui existe pour réduire votre impôt. Les quelques solutions d’exonération fiscale que je ne mentionnerai pas sont réservées à des profils très rares et particulièrement spécifiques. A la fin de la lecture, vous saurez toutes les solutions possibles aujourd’hui pour réduire votre régime fiscal.

Il y a quatre façons d’exonérer l’impôt.

La première étape pour réduire votre pression fiscale est de connaître les créneaux auxquels vous avez droit sans rien faire de spécial.

A lire en complément : Comment trouver une assurance habitation sans franchise adaptée à ses besoins

Afin de procéder par ordre et d’identifier clairement tous les créneaux fiscaux, il faut comprendre que l’exonération fiscale en France peut se faire de quatre manières. Nous distinguerons les cas suivants :

1) Exonération fiscale en remplissant correctement sa déclaration de revenus : la première étape pour réduire votre impôt est de connaître les créneaux fiscaux auxquels vous avez droit sans rien faire de spécial. Parfois, votre famille vous donne le droit à une réduction d’impôt ou à des choix pour optimiser la fiscalité. Il suffit de connaître les stratégies possibles et de les utiliser.

A découvrir également : Quelle fiscalité pour les SCPI en assurance-vie ?

2) La deuxième façon d’exonération fiscale que je vais distinguer concerne les dépenses que vous faites et qui permettent de réduire l’impôt. Je veux parler des opérations quotidiennes des contribuables sans nécessairement viser à réduire les impôts. Une fois de plus, il sera nécessaire de connaître les dépenses courantes qui ont la particularité d’être également une source d’exonération fiscale afin de remplir les cases correspondantes sur la déclaration.

3) Ensuite, nous allons parler de l’exonération fiscale pure. Ce sont là les stratégies d’investissement dans lesquelles le contribuable cherche une réduction d’impôt. Si vous cherchez à investir dans l’impôt, cette catégorie répertorie les appareils existants.

( 4) Enfin, l’exonération fiscale implique également de privilégier les investissements financiers dont les fruits sont peu ou pas imposés. Un revenu qui n’est pas imposé vous aidera nécessairement éviter une augmentation d’impôt.

1- Comment le taxer avec votre situation familiale ?

La première étape consiste à faire en sorte que la taxe soit optimisée en profisant au mieux des stratégies offertes par notre situation familiale. Je ne parle pas de déclarer les enfants pour réduire les parts que tout le monde connaît, je parle de choix quand on est dans certains cas.

Impôt sur l’année du PAC/mariage.

Le système fiscal vous permet de choisir entre une déclaration conjointe ou une déclaration séparée l’année du mariage/pacs. Ce choix ne s’applique qu’à l’année en question ; après la déclaration commune sera obligatoire. Il est conseillé d’étudier toutes les situations car selon vos revenus, la déclaration séparée peut être meilleure, identique ou moins bien que la municipalité. Certains couples seront en mesure de réduire considérablement l’impôt en choisissant une dernière fois la déclaration séparée, tandis que d’autres pourront taxer en choisissant immédiatement la déclaration conjointe. Voir : Optimiser la taxe dans l’Année des Paces/Mariage

Réduction d’impôt pour les noix de coco avec enfants !

Les noix de coco font obligatoirement une déclaration séparée. D’autre part, ils peuvent choisir où connecter les enfants. Tout est possible : mettre un enfant à l’un et l’autre sur la deuxième déclaration, opter pour le partage des actions, changer l’année C’est une source importante d’exonération fiscale. Les contribuables pensent à tort qu’il suffit de mettre les enfants du conjoint avec le plus de revenus, mais parfois c’est une erreur. En outre, il est également possible de déduire une pension pour un partenaire qui n’a pas pris les enfants à son retour. De nombreuses options sont possibles et devraient être explorées afin de maximiser l’exonération fiscale. Voir : Réduction de l’impôt pour les concubins avec enfants.

Exonération fiscale pour les célibataires vivant seuls.

Ce créneau concerne les personnes qui ont des enfants, quel que soit l’âge. Les impôts permettront aux personnes vivant seules de remplir une case leur permettant d’avoir plus d’actions et de réduire ainsi la impôt. Plusieurs conditions sont requises. D’une part, il faut vivre seul (pas de mariage, pas de pacs, pas de cohabitation). Si c’est le cas, deux possibilités sont admissibles à l’avantage fiscal:1- vous avez des enfants à charge : vous pouvez ensuite cocher la case T « parent seul » pour déduire l’impôt.2- vos enfants sont terminés et sortis de la déclaration : vous pouvez cocher la case L chaque année si vous les avez élevés seuls pendant 5 ans.Voir : Impôt et personne célibataire

Votre enfant a 18 ans.

Lorsque l’enfant atteint l’âge de la majorité, il devient une source d’exonération fiscale. Il faut faire le choix de continuer à joindre la taxe ou de le laisser produire sa propre déclaration de revenus. Plusieurs variables dont nous discuterons nous permettent de réduire les impôts en fonction de votre situation. Les détails sont ici : Enfants de plus de l’âge de la majorité et de l’impôt : comment réduire la note ?

2- Comment taxez-vous vos dépenses courantes ?

Il existe de nombreux créneaux fiscaux à la disposition de tous. Pour en profiter, il suffit de les connaître, mais surtout remplissez la case correspondante de votre déclaration de revenus. Les autorités fiscales ne font pas de don : si vous avez droit à une exonération fiscale mais ne remplissez pas la case, vous n’aurez rien. Permettez-moi d’énumérer brièvement les déductions, les réductions et les crédits d’impôt récurrents. Pour chaque catégorie, vous trouverez un article détaillé sur le sujet dans la section « Taxe ». Sachez que si vous n’en avez pas profité, vous pouvez demander une correction et obtenir un remboursement au cours des trois dernières années.

Exonération fiscale avec déductions courantes.

La déduction d’une dépense réduira le revenu imposable et réduira un peu l’impôt. Les déductions permettront également une réduction du revenu fiscal de référence, ce qui va de pair avec d’autres avantages (réduction des impôts fonciers, etc.). Nous constatons : 1- les salariés ont une réduction automatique de 10% mais peuvent déduire les dépenses qu’ils paient réellement pour le travail. Il ne s’agit pas seulement des frais de voiture/repas, plus de 20 dépenses réelles sont déductibles. Voir toutes les déductibles réelles des salaires.2- si vous payez une pension à un enfant d’âge dans le besoin qui est hors de la déclaration d’impôt, il est déductible.3- aider un parent dans le besoin est également une source d’exonération d’impôt.Comme le point précédent, la pension est déductible. Nous trouvons également ce créneau fiscal conditionnel en cas de séparation et de versement d’une pension entre ex-conjoint pour aider les enfants mineurs.4- souvent oublié… la pension déductible versée à un enfant majoritaire ou à un parent n’a pas besoin d’être matérialisée par un transfert d’argent. Le fait que vous hébergez quelqu’un sous votre toit peut vous permettre de déduire une pension forfaitaire sans juge. Voir les règles relatives aux pensions déductibles des impôts.

Allégement fiscal avec réductions d’impôt.

La réduction sera supprimée directement de l’impôt de sorte qu’elle sera plus efficace que la déduction, mais elle ne sera pas remboursée si vous n’êtes pas imposable. La plupart d’entre eux sont connus, mais malgré tout, de nombreux contribuables ne parviennent pas à remplir les cases et manquent. 1- Si vous faites un don à un association ou parti politique, vous aurez jusqu’à 66% ou 75% exonéré d’impôt. Voir dons et réductions d’impôt : toutes les règles.2- Les bénévoles d’une association/club sportif, etc… qui voyagent sans demander de remboursement peuvent demander la réduction d’impôt pour don. Un pourboire souvent oublié.3- Les personnes vivant dans les maisons de retraite Ehpad bénéficient d’une réduction d’impôt de 25% des dépenses encourues en remplissant la case 7CD.4- les enfants autorisent l’exonération fiscale grâce à une augmentation du nombre d’actions. Sachez qu’ils vous donnent également droit à un rabais sur les frais de scolarité à partir du moment où ils sont à l’université, au lycée ou à l’enseignement supérieur. Voir : Réduction des frais de scolarité : quelle case remplir ?

Les crédits d’impôt sont déductibles.

Les crédits d’impôt sont également déduits directement de l’impôt et sont remboursés si la taxe s’élève à 0€. Ils ne sont jamais perdus. Les plus courants à savoir pour remplir la case associée sont : 1- l’emploi d’une personne à la maison pour faire le nettoyage, le jardinage etc… permet d’imposer 50% du montant payé. Voir : Emploi à domicile et crédit d’impôt.2 – cotisations syndicales vous permettent d’avoir un crédit d’impôt de 66% Veuillez noter que si vous n’avez pas opté pour des dépenses réelles, remplissez la case 7AC seulement. La possibilité de déduire les dépenses immobilières consiste à y placer les cotisations syndicales, qui se transforment ensuite en déduction au lieu d’un crédit d’impôt.3- faire du travail dans sa résidence principale est une stratégie d’exonération fiscale. Les travaux conformes aux normes environnementales de l’EGR ainsi que les travaux nécessaires pour rendre le logement accessible aux personnes handicapées peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt à certaines conditions.4 – le fait d’avoir des enfants de moins de 6 ans par une pépinière ou une pépinière recouvre 50 % des dépenses engagées dans le crédit d’impôt. Voir : Crédit d’impôt pour frais de garde d’enfants. Comme je vous l’ai dit, les stratégies d’exonération fiscale discutées jusqu’à présent sont plus sensées et le contribuable n’a pas vraiment le choix. Soit il se trouve dans la situation et il bénéficie de la réduction d’impôt, soit il a disparu. Nous allons maintenant voir l’exonération fiscale « active » ou c’est l’investisseur qui viendra choisir son impôt exemption.

3- Comment investir dans l’exonération fiscale ? Plusieurs solutions possibles.

Placez votre argent pour réduire les impôts est possible, mais il existe de nombreuses solutions. Chacun devra étudier le mécanisme dans lequel il souhaite s’engager pour déduire l’impôt, en veillant à ce que le produit financier réponde à tous ses objectifs et besoins financiers.

Investir dans l’immobilier.

Acheter une propriété pour la louer signifie de nouveaux revenus (loyers), qui va de pair avec des impôts plus élevés. Malgré cela, deux solutions permettent parfois de taxer simplement en achetant une propriété sans dispositif spécial :

  • achat de biens pour travaux lourds avant de louer vide : déduction du travail peut éliminer les impôts générés par les loyers et même réduire l’impôt global en cas de déficit foncier. Voir : Impôt et déficit foncier vide.
  • louer un bien meublé vous donne la possibilité d’opter pour le plan réel pour déduire les dépenses et amortir le bien. Dans certains cas, loyer à long terme n’est pas imposable. L’impôt ne bouge pas parce que le déficit n’est pas utilisé dans les meubles, mais il a été déductible d’impôt parce que les nouveaux revenus ne sont pas imposés. Voir : Taxe et location meublée.

Exonération fiscale avec la loi PINEL.

L’ appareil Pinel vous permet d’investir dans l’immobilier pour le louer et bénéficier d’une réduction fiscale de 2% du prix d’achat pendant 9 ans (puis 1% jusqu’à 12 ans). Par exemple, si vous achetez une propriété de 200 000€, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 4 000€ par an. Attention : l’exonération fiscale est attrayante mais elle devra respecter de nombreuses conditions (emplacement de la propriété, gestion des loyers, locataire modeste, etc.). De plus, il vous procurera un revenu foncier qui augmentera votre taux d’imposition. En fait, Pinel n’est pas seulement un investissement libre d’impôt ; il est faux de dire qu’il réduira l’impôt parce que vos nouveaux loyers engendreront des impôts et réduiront la réduction de Pinel. D’un autre côté, nous pouvons parler d’un investissement qui permettra de réduire votre taux d’imposition global par rapport à votre revenu. Les emplacements Pinel éligibles sont grands et de nombreux Français partent sur cet appareil. Sachez que les dispositifs Scellier, Duflot, etc.. n’existent plus et étaient simplement l’équivalent de la loi Pinel dans le passé. Voir First instructions Pinel : comment optimiser ?

Exonération fiscale avec PERP et RIP pour préparer la retraite.

Vous pouvez ouvrir un PERP ou un PERIN et y placer de l’argent. Les fonds seront gelés jusqu’à la retraite, où ils seront versés sous forme de rente ou de capital. Les montants investis sont déductibles d’impôt. Nous sommes sur une exonération fiscale qui dépend de votre tranche d’impôt parce qu’il s’agit d’une déduction (ce n’est pas parce que vous payez 1 000€ sur PERP que votre taxe diminuera de 1 000€). Cet investissement est réservé à certains profils (proche de la retraite et fourchette d’imposition élevée). Je l’ai détaillé ici : Comment fonctionne le PERP ?Il est à noter que le RER (régime d’épargne-retraite) remplace tous les produits actuels et permet de se préparer à la retraite en réduisant impôts.

Placement du capital dans une entreprise.

Les autorités fiscales autorisent une réduction d’impôt de 18% par an si vous investissez dans une entreprise. Plusieurs conditions doivent être remplies concernant la taille de l’entreprise, le gel des sommes (5 ans), le montant placé (maximum 50 000€ pour les célibataires et 100 000€ pour les couples) etc…

Exonération fiscale en souscrivant au FCPI et au PCIF.

Vous pouvez ouvrir un fonds d’investissement de proximité (FIP) ou un fonds de placement innovant (FCPI) avec votre banquier. Le principe est le même qu’avant. Vous prêtez votre argent à un panier d’entreprises qui vous permet d’avoir une réduction de 18% du montant investi. Ici, les entreprises sont déjà sélectionnées et le professionnel gère le placement pour vous. Les conditions d’admissibilité à la réduction sont remplies ; en fait, les montants sont gelés pendant 5 à 8 ans. L’objectif est de contribuer au financement et au développement de nouvelles entreprises, ce qui rend cet investissement risqué (risque de perte en capital mais possibilité d’une gain).

Réduire les impôts via un investissement immobilier Malraux.

La loi Malraux exige d’investir dans l’immobilier afin de le rénover pour le louer. Nous parlons ici de travaux substantiels car la carotte fiscale nécessite la rénovation complète d’une propriété située dans des zones ciblées (site patrimonial, vieux quartiers dégradés…) souvent au cœur des centres urbains. Ces transactions sont réservées aux profils d’investisseurs avec un impôt substantiel et une richesse. Avec la loi Malraux, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 30% sur les travaux effectués jusqu’à un maximum de 400.000€ de travail sur 4 ans.

Exonération fiscale avec la Censi-Bouvard.

Dans le domaine de l’immobilier, le système Censi-Bouvard réduit également la fiscalité. Ici, nous parlons de location meublée (contrairement à Pinel où vous devez louer la propriété vide) avec une réduction d’impôt de 11% sur le prix d’achat de la propriété et une exonération de TVA. En retour, le logement doit être situé dans des structures spéciales : résidence touristique, maison de soins infirmiers, maison de retraite, résidence étudiante… Encore une fois, les professionnels vous offriront des biens immobiliers éligibles à l’exonération fiscale Censi-Bouvard mais ils devront les louer meublés et ils seront placés dans des maisons de vacances, Ehpads etc… pour respecter la structure dans laquelle le bien doit être.

Autres régimes fiscaux : Sofica, Girardin…

J’ ai cité les principaux investissements possibles exonérés d’impôt. Il y en a plusieurs qui restent, et je voudrais les énumérer si vous voulez en savoir plus sur chacun d’eux. N’hésitez pas à en ajouter comme commentaire et je mettrai à jour l’article pour être complètement complet :

  • Réduction fiscale SOFICA : les investissements bloqués dans le cinéma de l’industrie.
  • Investissement GIRARDIN : exonération fiscale en achetant une propriété dans les départements et territoires d’outre-mer.
  • La déduction Madelin pour la retraite professionnelle.

4- Exonération fiscale en donnant la préférence aux investissements moins gourmands.

Enfin, la réduction de la taxe charge signifie également choisir vos médias d’investissement. Si vous augmentez le nombre d’investissements financiers fortement imposés, il ne fait aucun doute que l’impôt sera multiplié par dix au fil du temps. Sans aller plus loin, je pense qu’il est essentiel de connaître au moins les PEA et l’assurance-vie si vous cherchez un allégement fiscal.

Assurance vie

L’ assurance-vie vous donne accès à de nombreux documents d’investissement. Vous pouvez placer votre argent sur le produit et le collecter quand vous le souhaitez. L’exonération fiscale apparaîtra au moment du rachat. Les gains en capital que vous avez réalisés sont imposés selon un régime très attrayant. D’une part, vous disposez de plusieurs options fiscales (en fonction de votre tranche d’imposition, du prélèvement de mainlevée ou du prélèvement forfaitaire unique). D’autre part, vous recevez une déduction de 4600€ (9200€ pour les couples) avant impôt si vous retirez après 8 ans. En étudiant la fiscalité afin de l’optimiser avant chaque rachat, l’impôt sur votre revenu d’assurance-vie restera très modeste. Voir : Imposition du revenu d’assurance-vie.

Préférence au PAE plutôt qu’au compte de titres.

Si vous voulez investir en bourse et acheter des obligations, actions, SICAV, FCP… le PEA peut être une source énorme d’exonération fiscale à moyen terme. L’investissement vous permet simplement d’être totalement exonéré de l’impôt sur vos revenus et vos gains en capital réalisés en bourse. Il est nécessaire de se conformer à plusieurs conditions : retenu 5 ans, titres éligibles restreints etc… Cependant, les conditions ne sont pas aussi contraignantes que celles d’un gain fiscal qui peut être énorme une fois les cinq années écoulées. Voir : Compte de titres ou PEA : Faites le bon choix !

5- Les avantages fiscaux liés à l’investissement dans les énergies renouvelables

La transition vers les énergies renouvelables est devenue une préoccupation majeure dans le contexte actuel du changement climatique. Au-delà de son impact positif sur l’environnement, investir dans les énergies renouvelables peut aussi être avantageux d’un point de vue fiscal.

L’une des principales mesures fiscales en faveur des énergies renouvelables est la possibilité de bénéficier d’une réduction d’impôt grâce à la mise en place de dispositifs tels que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou encore le mécanisme des certificats d’économie d’énergie (CEE). Ces incitations fiscales permettent aux contribuables qui réalisent des travaux visant à améliorer l’efficacité énergétique de leur logement ou à installer des équipements utilisant des sources d’énergie renouvelable, telles que les panneaux solaires ou les pompes à chaleur, de bénéficier d’un allégement fiscal conséquent.

En plus de ces avantages liés aux travaux et équipements, il existe aussi un dispositif appelé Société Civile Immobilière (SCI) qui permet aux investisseurs intéressés par les énergies renouvelables de constituer une société immobilière dédiée exclusivement à ce type d’investissement. Cette SCI bénéficiera alors non seulement du régime fiscal avantageux applicable aux sociétés civiles immobilières classiques, mais aussi des exonérations spécifiques relatives aux activités liées aux énergies vertes.

Par exemple, une SCI spécialisée dans l’investissement dans les panneaux solaires pourra prétendre à l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties pendant une durée déterminée. De même, une SCI investissant dans des parcs éoliens pourra bénéficier d’une exonération partielle ou totale de la cotisation foncière des entreprises.

Il est capital de mentionner que ces avantages fiscaux ne sont pas accordés sans conditions. En effet, ils sont soumis à des critères stricts et leur application peut varier en fonction du type d’investissement et du dispositif utilisé. Il est donc nécessaire de se renseigner auprès des autorités compétentes ou de faire appel aux services d’un expert en fiscalité pour s’assurer de remplir toutes les conditions requises.

Investir dans les énergies renouvelables présente non seulement un intérêt écologique indéniable, mais offre aussi des avantages fiscaux significatifs. Que ce soit par le biais du crédit d’impôt pour la transition énergétique, des certificats d’économie d’énergie ou encore grâce aux possibilités offertes par les Sociétés Civiles Immobilières, il existe de nombreuses opportunités pour soutenir et bénéficier de cette transition vers des sources d’énergie plus propres.

6- Les dispositifs de défiscalisation pour soutenir l’emploi et l’investissement dans les PME

Dans le souci de stimuler l’économie et favoriser la création d’emplois, les dispositifs de défiscalisation sont aussi mis en place pour soutenir l’investissement dans les petites et moyennes entreprises (PME). Effectivement, ces entreprises jouent un rôle crucial dans le tissu économique en générant de l’activité et de l’emploi sur le territoire.

L’un des principaux mécanismes permettant de bénéficier d’avantages fiscaux lorsqu’on investit dans une PME est le dispositif Madelin. Ce dernier offre aux contribuables qui souscrivent au capital d’une entreprise éligible une réduction d’impôt sur le revenu. Cette réduction peut atteindre jusqu’à 18% du montant investi, avec certains plafonnements selon la catégorie choisie : IR ou ISF.

Le dispositif Madelin présente plusieurs avantages. Premièrement, il permet aux particuliers qui souhaitent soutenir financièrement les PME tout en bénéficiant d’un avantage fiscal intéressant. Il constitue un moyen efficace pour les entrepreneurs à la recherche de capitaux afin de développer leur activité.

En plus du dispositif Madelin, il existe aussi la possibilité d’investir dans des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) ou des fonds d’investissement de proximité (FIP). Ces véhicules financiers sont spécialement conçus pour investir dans des PME innovantes ou localisées dans certaines zones géographiques données respectivement. Les FCPI et FIP offrent non seulement une diversification du risque grâce à un portefeuille constitué par des professionnels de la gestion, mais ils permettent aussi de bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 25% du montant investi.

Pour encourager l’investissement dans les PME et favoriser leur accès au financement, certains dispositifs comme le plan d’épargne en actions (PEA) ou encore le PEA-PME ont été mis en place. Ces plans permettent aux épargnants de placer une partie de leurs actifs financiers dans des titres émis par des sociétés européennes cotées ou non cotées répondant à certains critères fixés par la réglementation fiscale. Les plus-values réalisées sont ainsi exonérées d’impôt sur le revenu après un certain délai.

Vous devez souligner que ces dispositifs ne garantissent pas nécessairement un retour sur investissement positif. Il est donc crucial pour tout investisseur potentiel dans les PME d’étudier attentivement les projets proposés et de s’entourer des conseils avisés de professionnels avant toute prise de décision.

Soutenir l’emploi et l’investissement dans les PME constitue une priorité pour dynamiser l’économie. Grâce aux différents mécanismes de défiscalisation, les contribuables ont la possibilité de soutenir financièrement ces entreprises tout en bénéficiant d’avantages fiscaux intéressants.

à voir