10 solutions pour financer la création de son entreprise

Vous êtes sur le point de lancer l’activité de votre entreprise et votre apport personnel semble être insuffisant ? Alors, pour démarrer et développer votre activité professionnelle, autant de solutions de financement s’offrent à vous : love money, business angels, crédit professionnel, etc. Découvrez les 10 solutions pour financer la création de votre entreprise.

1.    L’apport personnel

L’apport personnel est la solution la plus pratique et la plus rapide pour financer la création d’une entreprise. Il consiste à déployer les fonds dont vous disposez afin de démarrer ou développer votre activité. Il est essentiel que vous en disposiez pour lancer votre entreprise, notamment si vous envisagez de faire une demande de prêts. L’apport personnel permet de faire face à certains frais et de gagner la confiance des futurs partenaires.

A lire en complément : Comment calculer le montant des charges sociales ?

Au cas où votre apport personnel ne suffirait pas pour couvrir toutes les dépenses liées au lancement de votre activité, voici des conseils pour décrocher d’autres solutions de financement professionnel.

2.    La love money

La love money, ou « argent de l’amour » est une source de financement provenant des proches (famille, amis, etc.). Cette solution peut vous permettre d’obtenir des apports importants, à condition que vous réussissiez à présenter votre projet à votre cible. Si les fonds que vous avez collectés sont utilisés pour la création d’une TPE/PME, cela vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 18 % s’appliquant sur la somme investie.

A voir aussi : Comment arrive-t-on à la faillite d’entreprise ?

3.    Les aides et les subventions

Certaines aides et subventions sont proposées par l’État en vue d’accompagner les entrepreneurs dans la création de leur société. Parmi celles-ci, on peut citer l’Exonération de début d’activité de création ou reprise d’entreprise (ACRE). Avec cette aide, vous êtes exonéré de payer certaines cotisations sociales pendant une durée de 12 mois ou de 24 mois pour les micro-entrepreneurs. Depuis le 1er janvier 2019, aucune démarche n’est exigée pour bénéficier de l’ACRE.

4.    Les business angels

Les business angels sont des personnes qui choisissent de participer au capital d’une entreprise depuis la période de sa création ou du lancement de son activité (amorçage). Cela lui confère la qualité d’actionnaire. Outre les fonds que l’ « investisseur providentiel » met à la disposition de l’entreprise, il apporte aussi gratuitement son expérience, ses compétences et ses réseaux relationnels. Le business angel est dans la majorité des cas un dirigeant ou un ancien entrepreneur.

5.    L’affacturage

L’affacturage est une solution de financement consistant à proposer à une société d’affacturage, appelée également factor, les dettes des clients afin d’obtenir immédiatement des fonds. Nombreuses sont aujourd’hui les entreprises qui recourent à l’affacturage dans la mesure où il permet de financer rapidement l’activité et de faire face à des problèmes financiers (souvent dus au retard du règlement des factures par les clients). Pour vous lancer dans le factoring, pensez à bien choisir votre société d’affacturage.

6.    Le crédit professionnel

Il s’agit d’un prêt bancaire que les professionnels peuvent demander auprès d’un établissement de crédit. Peuvent y recourir les auto-entrepreneurs, les TPE, les professions libérales, les commerçants, les artisans et les agriculteurs. Le crédit professionnel s’utilise pour l’achat des équipements (machines ou matériels), l’acquisition d’un bien immobilier (terrains, bureaux, locaux, etc.), la trésorerie (augmentation de capital, fond de roulement, reprise de sociétés, etc.).

7.    Le crowdfunding

Appelé également financement participatif, le crowdfunding est un procédé consistant à faire des levées de fonds sur internet. Cela nécessite l’utilisation d’une plateforme de crowdfunding qui va relever une commission de 5 à 12 % du montant récolté. Si nombreuses sont les entreprises qui misent sur cette solution de financement, c’est parce qu’elle permet d’obtenir des sommes plus ou moins importantes avec un minimum de risque. La somme fournie peut prendre la forme d’un prêt, d’un don ou d’un investissement.

8.    Le leasing

Le leasing, appelé également crédit-bail, est une technique permettant à une entreprise d’utiliser et d’acquérir un bien meuble ou immeuble proposé par une société de leasing. En contrepartie de cette utilisation et acquisition, elle doit verser un loyer mensuel pendant une période. Quand le contrat prend fin, l’entreprise a trois options : la restitution du bien, le renouvellement du contrat, ou l’achat du bien à sa valeur résiduelle.

9.    Le compte courant d’associés

Le compte courant d’associés permet aux entreprises d’effectuer une nouvelle activité, d’étendre leur objet social ou de faire face au manque de liquidités. Il peut prendre la forme des fonds apportés par les associés ou par la renonciation temporaire des rémunérations ou de dividendes.

10.                   Le crowdlending

Celui-ci consiste à faire une collecte des fonds, sous forme de prêt, sur une plateforme de financement participatif. Le taux d’intérêt tourne autour de 9 %.

Les partenariats avec des entreprises existantes

Une autre alternative pour financer la création de son entreprise est d’établir des partenariats avec des entreprises déjà existantes. Cette approche permet de bénéficier du soutien financier et opérationnel d’une entreprise établie, tout en partageant les risques et les bénéfices.

Il existe différentes formules de partenariat, allant de simples accords commerciaux à des alliances stratégiques plus complexes. Dans le cadre de ces partenariats, l’entreprise créatrice peut profiter de certains avantages tels que l’accès à une clientèle établie, une expertise technique ou encore un réseau étendu.

Il faut noter que ce type de financement implique généralement une certaine perte d’autonomie pour l’entrepreneur créateur. Effectivement, il devra prendre en compte les intérêts et objectifs communs avec le partenaire dans ses décisions stratégiques.

Avant d’engager un tel partenariat, il faut que les entités se comprennent mutuellement. Une bonne compréhension mutuelle des valeurs et objectifs sera aussi cruciale pour garantir le succès du projet commun.

Établir un partenariat avec une entreprise existante peut être une solution viable pour obtenir le financement nécessaire à la création d’une nouvelle entreprise. Cela nécessite une analyse approfondie ainsi qu’une réflexion sur les implications à long terme.

Les concours et les compétitions de création d’entreprises

Une autre option intéressante pour financer la création de son entreprise est de participer à des concours et compétitions dédiés à l’entrepreneuriat. Ces événements offrent une opportunité unique aux entrepreneurs en herbe de présenter leur projet devant un jury d’experts et de potentiels investisseurs.

En participant à ces concours, les créateurs d’entreprise ont la possibilité de remporter des prix en argent, des conseils personnalisés ou même un accompagnement dans le développement de leur projet. C’est aussi une occasion précieuse pour se faire connaître auprès du grand public et de nouer des contacts avec d’autres professionnels du secteur.

Les concours et compétitions varient en fonction du domaine d’activité visé ainsi que du stade de développement du projet entrepreneurial. Que ce soit au niveau local, régional ou national, il existe un large éventail d’événements qui peuvent correspondre aux besoins spécifiques des entrepreneurs.

Vous devez noter que ce type de financement ne garantit pas nécessairement l’obtention immédiate des fonds nécessaires à la création de son entreprise. Les participants doivent se préparer soigneusement afin d’avoir toutes les chances de séduire le jury avec une présentation claire, concise et convaincante.

Participer à des concours et compétitions dédiés à la création d’entreprises peut constituer un moyen efficace non seulement pour obtenir un soutien financier mais aussi pour bénéficier d’une visibilité accrue dans le milieu entrepreneurial. Cela nécessite une préparation minutieuse ainsi qu’une solide connaissance de son projet et de son marché cible.

à voir