Assurance emprunteur : ce que votre banque ne vous dit pas forcément

L’assurance emprunteur est une exigence de toutes les banques dans le cadre d’un prêt. Pour cause, si vous faites face à des imprévus qui affectent votre capacité de remboursement, elle se chargera de verser les mensualités à votre place. Avant de la souscrire, il convient néanmoins de comprendre son fonctionnement, ses garanties et son taux. Voici donc quelques informations pratiques à son sujet.

Comprenez les bases de l’assurance emprunteur

Comme on peut le voir avec Agipi.com par exemple, l’assurance emprunteur assure le remboursement partiel ou total du montant restant dû ou des échéances d’un prêt en cas d’incapacité. En ce sens, elle offre une prise en charge dans différentes situations :

A lire également : Les point importants d'une assurance habitation pour les locataires

  • perte d’emploi,
  • incapacité de travail temporaire,
  • perte d’autonomie,
  • invalidité permanente,
  • décès, etc.

En parallèle, elle permet aux banques de récupérer leurs fonds en dépit de tous ces imprévus. Cette assurance présente donc un réel avantage pour les deux parties. Elle peut ainsi être perçue comme une prévoyance qui sécurise l’emprunteur, sa famille et la banque. De plus, elle compense une éventuelle diminution des revenus qui pourrait constituer un frein au paiement des mensualités du crédit. Pour mieux comprendre l’assurance emprunteur, n’hésitez pas à vous rapprocher des assureurs.

Examinez les différentes assurances emprunteur et leurs garanties

Pour trouver la meilleure assurance emprunteur pour vous, nous vous conseillons de comparer les différentes offres et garanties. Certaines sont incluses automatiquement dans le contrat et sont obligatoires. La garantie décès permet par exemple de rembourser le montant de votre prêt si vous décédez avant d’avoir terminé le remboursement. Elle assure par conséquent la protection de vos proches qui, en l’absence d’assurance, seraient responsables de votre dette. La garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA) est quant à elle appliquée en cas d’invalidité vous empêchant d’exercer votre activité professionnelle.

A découvrir également : Quand souscrire une assurance temporaire ?

Pour ce qui est de la garantie invalidité Permanente, elle entre en jeu lorsque vous ne pouvez plus travailler et obtenir de revenus. Si vous avez un taux d’invalidité égal ou supérieur à 66 % en raison d’une maladie ou d’un accident, vous bénéficierez alors d’une prise en charge. Pour la garantie Invalidité Permanente et Partielle (IPP), vous profiterez d’une assistance financière complète ou partielle pour couvrir vos mensualités si le taux d’invalidité est compris entre 33 et 66 %.

Au moment de comparer les garanties, vous remarquerez que certaines ne sont pas obligatoires, mais demeurent utiles. En évaluant les différentes offres, vous pourrez mieux négocier les termes et le coût de votre contrat d’assurance. L’idéal est d’en choisir un qui offre des garanties au moins équivalentes à celles de l’organisme prêteur. Enfin, la comparaison des offres et garanties vous permettra de trouver le juste milieu entre le prix et le niveau de protection adapté, notamment lorsque des taux attractifs sont liés à des garanties limitées.

assurance emprunteur banque

Comparez les taux et la couverture d’autres assureurs

Le taux de l’assurance emprunteur joue un rôle clé dans votre prêt. Dans certains cas, le coût total de l’assurance peut constituer un tiers du capital emprunté. Vous devez donc choisir un taux adapté à votre capacité financière étant donné que celui-ci détermine les mensualités de votre assurance. Il est possible de souscrire une assurance emprunteur auprès de l’établissement prêteur ou d’une compagnie d’assurance indépendante. Les tarifs varient en fonction de votre profil.

En conséquence, la simulation du taux tient compte de nombreux facteurs, tels que votre âge, votre statut professionnel, votre état de santé, la fréquence de vos déplacements professionnels, etc. Enfin, le taux de l’assurance est impacté par les garanties choisies. Il n’est donc pas rare de trouver sur le marché de grands écarts. Même si les banques proposent généralement des assurances pour les emprunteurs, ce n’est pas toujours la meilleure option. Ceci est particulièrement vrai si votre profil ne présente pas beaucoup de risques.

Leurs contrats d’assurance groupe sont négociés en fonction de la tranche d’âge. Emprunter à l’âge de 45 ans coûtera donc plus cher que demander un prêt à 35 ans. Si vous vous trouvez dans cette situation, alors optez pour une délégation d’assurance. Vous signerez un accord personnel avec un assureur différent de la banque, qui considèrera davantage votre situation personnelle. Il est nécessaire que votre banque et votre assureur parviennent à un accord concernant le coût de l’assurance emprunteur. N’oubliez donc pas de bien vous renseigner sur les conditions de résiliation et les politiques d’assurance.

Les exclusions de garanties

Vous devez par ailleurs consacrer du temps à l’analyse des exclusions de garanties. Une comparaison des offres vous aidera à comprendre que la couverture de la garantie perte d’emploi n’est pas systématique. Celle-ci ne prend en effet en charge que les situations dans lesquelles la perte d’emploi n’émane pas de vous. Pour la garantie décès, de nombreux assureurs ne couvrent pas le suicide, du moins pour la première année de contrat. L’assurance emprunteur peut représenter jusqu’à un tiers du coût total de votre crédit, d’où l’intérêt de ne pas la négliger. Afin de déterminer son coût total, il suffit de multiplier le montant du capital emprunté par le taux d’assurance, puis par la durée du crédit en années.

à voir