Lors de l’achat d’un logement dans un immeuble collectif, il devient généralement copropriétaire. Cela génère le paiement des frais, qui sont nécessaires au bon fonctionnement de la copropriété.

A lire en complément : Quelles sont les villes avec le meilleur rendement locatif ?

A lire aussi : Comment économiser 300 euros par mois ?

Quels sont les taux de prévision annuels ?

Les dépenses annuelles prévues sont les dépenses obligatoires payées par les copropriétaires, qui sont destinées à couvrir les dépenses liées à l’exploitation de la copropriété. Si tous les copropriétaires paient nécessairement ces frais, leur participation varie en fonction de leur participation à la copropriété, c’est-à-dire selon la « valeur » de leur lot. Pour rappel, chaque lot se compose d’une partie privée et d’une partie de parties communes.

Les dépenses annuelles sont fixées par le budget prévisionnel annuel, qui est préparé chaque année par l’administrateur de la copropriété. Elle est votée par l’assemblée générale dans un délai de six mois à compter du dernier jour du exercice comptable précédent. Le budget estimatif comprend tous les frais d’exploitation, d’entretien et d’administration quotidienne des espaces communs et de l’équipement commun de la copropriété pour l’année à venir.

Il est important que le budget prévisionnel soit aussi exact que possible, car il détermine les dépenses qui seront payées par les copropriétaires. Si le budget prévu est sous-estimé, les dépenses payées par les copropriétaires seront insuffisantes pour couvrir les frais de copropriété. En particulier, ces derniers pourraient avoir des difficultés à payer leurs fournisseurs.

Bon à savoir

Le calcul de la répartition des redevances entre les copropriétaires est défini dans le règlement sur la copropriété et ne peut être modifié que par un vote unanime lors d’une assemblée générale.

Quelles sont les dispositions relatives aux accusations ?

Généralement, l’administrateur du condo demande copropriétaires le paiement des dépenses provisoires (ou « provisions de dépenses ») au début de chaque trimestre. Ces provisions de dépenses représentent un quart du budget prévu, dont l’objectif est de faire avancer les dépenses à l’année prochaine.

Ces frais sont donc estimés et c’est pourquoi ils sont appelés « provisions ». Ils constituent un jackpot dans lequel le fiduciaire de la copropriété « tire » pour payer les frais d’exploitation du bâtiment, prévus dans le budget prévu (entretien, entretien, administration…) et les frais de travaux.

Dans certains cas, il peut être décidé lors de l’assemblée générale de la copropriété que le paiement des frais provisoires sera effectué tous les semestre ou mensuels. A la fin de chaque année, l’approbation du décret de comptes, les dépenses provisoires sont ajustées en fonction des dépenses réelles de la copropriété .

Si la dépense annuelle a été insuffisant pour couvrir les dépenses de la copropriété, les copropriétaires sont habituellement priés de payer des frais supplémentaires. Autrement, le trop-payé est imputé aux frais de copropriété de l’année suivante.

Régularisation de charge : comment cela fonctionne-t-il ?

Les provisions de dépenses sont rajustées à la fin de chaque année, en fonction des dépenses réelles de la copropriété.

Qu’ est-ce qui est inclus dans les frais ?

Les charges provisoires comprennent les frais généraux et les dépenses spéciales, qui sont comptabilisés dans le budget prévu. Les frais généraux concernent la conservation, l’entretien et l’administration des parties communes de la copropriété. Ils sont inclus dans le budget prévisionnel (nettoyage du bâtiment, éclairage des espaces communs, reconstruction, administration, consommation d’eau et d’électricité des espaces communs, etc.).

À leur tour, les frais spéciaux concernent les coûts les services publics d’exploitation et les équipements communs tels que les ascenseurs ou le chauffage collectif. Les frais spéciaux sont répartis entre les copropriétaires en fonction de l’utilité potentielle que les services et les éléments collectifs représentent pour leur lot. Par exemple, une personne vivant au rez-de-chaussée paiera moins de dépenses liées à l’exploitation de l’ascenseur qu’une personne résidant au 6e étage.

Toutefois, le calcul de la répartition des redevances spéciales ne tient pas compte de l’utilisation effective du service ou de l’élément commun de l’équipement. Il convient de noter qu’il existe également des crédits pour les dépenses « en dehors du budget prévisionnel ». Ils concernent le financement de l’entretien ou de l’entretien du bâtiment ou liés aux éléments d’équipement commun (à l’exception des travaux d’entretien) ou le financement des travaux urgents nécessaires à la sauvegarde du bâtiment.

Condominium : qu’en est-il des avances ?

En plus des dispositions relatives aux dépenses, l’administrateur peut demander aux copropriétaires de verser des avances, qui constituent une réserve d’argent pour les dépenses futures. Contrairement aux dispositions, ils sont remboursés au copropriétaire lors de la vente de leur lot.

Vidéo :