Participer à l’économie en investissant sur des entreprises Françaises

En France, les PME sont au milieu du tissu économique. Ce sont ces petites structures qui emploient la moitié des salariés du secteur privé. Depuis peu de temps, investir dans une PME française est devenu une tendance. L’année dernière, le budget des investisseurs qui ont été injectés dans ces petites et moyennes structures s’élève à plus de 23 milliards d’après France Invest. Investisseur, vous n’êtes pas convaincu de ce type d’investissement ?

A lire également : Comment arrondir ses fins de mois en monétisant ses compétences spécifiques

Investir dans une entreprise française

Actuellement, on pousse les investisseurs à injecter leur argent dans les entreprises françaises. L’Etat a même mis en place un dispositif pour encourager les investisseurs à privilégier les structures françaises aux structures étrangères. En tant qu’investisseur, vous voulez avoir plus de raisons de vous tourner vers une entreprise française.

En investissant dans des entreprises françaises, vous soutenez l’économie locale et bien évidemment le tissu économique français. Cette alternative vous permettra également de faire de l’optimisation fiscale. Oui, il y a de nombreuses niches fiscales pour mettre son argent dans une entreprise. Vous pourrez espérer avoir une réduction d’impôts.

A voir aussi : 10 solutions pour financer la création de son entreprise

Si vous choisissez une structure ou un projet engagé socialement, vous pourrez apporter votre brique à l’édifice de la contribution à l’économie sociale et solidaire. C’est logique : pourquoi mettre son argent sur un compte épargne dormir au lieu de l’injecter dans une activité florissante qui peut vous rapporter des bénéfices. Alors qu’attendez-vous à investir dans une entreprise ou un projet « Made in France » ?

Dans quel type d’entreprise mettre son argent ?

Ce ne sont pas les PME françaises en recherche d’investissements qui manquent. Investisseur, vous pouvez accompagner les start-ups lors de leur création. Vous avez là une entreprise naissante, qui, certes, n’a pas d’historique, mais qui a une équipe dynamique et qui a de nombreux projets. Si ces start-ups ont des projets bien définis, elles manquent juste de financement.

Vous pouvez également investir votre capital dans une PME. Cette alternative peut vous faire bénéficier d’une réduction d’impôt de 25% sur le montant investi. En France, on compte un bon nombre de PME, donc vous allez avoir le choix. Prêtez à une entreprise, sans beaucoup de crainte.

Investir dans une PME française

Il est à préciser que sur le long terme, investir dans une PME française peut être plus rentable qu’investir dans une PME étrangère. Vous, investisseur, pouvez intervenir lors de la création de la structure ou lors de l’augmentation de son capital. Pour apporter votre part, vous pouvez investir de différentes manières :

  • Ouvrir un PEA ou un plan d’épargne en action. Cette solution est plutôt réservée aux investisseurs ayant une connaissance en marché boursier. Avec un PEA, vous pourrez acheter directement des actions de PME français. Pour ce type d’investissement, personne ne peut vous garantir votre capital. Vous pouvez par la suite revendre vos parts et pour cette action, vous bénéficierez d’une exonération d’impôts sur les plus-values.
  • Investir dans les FCPI ou Fonds Communs de Placement en Innovation ou dans les FCI ou Fonds d’Investissement de Proximité. Ce sont des organismes qui ont pour mission de soutenir le développement de l’économie locale ;
  • Investir via les FCPR ou les Fonds Commun de placement à Risques. Pour ce type d’investissement, vous aurez une société de gestion qui s’occupe de la gestion des fonds de plusieurs investisseurs à leur place. Si vous êtes un investisseur débutant, c’est une bonne alternative, car vous aurez un accompagnement.

Quelle somme mettre dans une PME ?

Une fois que vous avez choisi la structure et aussi le type d’investissement, vous devez maintenant vous décider de la somme à investir. Même si le projet de la PME est convaincant avec les chiffres qu’il présente, vous ne pouvez pas investir plus que ce que vous avez sous la main.

Vous ne devez pas non plus avoir les yeux plus grands que le ventre, car vous devez comprendre que cet argent investi, vous ne pourrez le récupérer que dans au moins cinq ans. Ceci dit, ne mettez pas tout votre argent dans une même et unique PME. Diviser vos investissements, c’est aussi diviser les éventuels risques. Cette technique vous permettra également d’augmenter vos revenus, mais cela en fonction du secteur d’activité de la PME. En outre, pour ne pas vous tromper dans les calculs, notamment sur la somme à investir, faites-vous conseiller par un professionnel.

Les avantages fiscaux pour les investisseurs dans les PME françaises

Les avantages fiscaux pour les investisseurs dans les PME françaises sont nombreux. Pour encourager l’investissement dans ces entreprises, le gouvernement français a mis en place plusieurs dispositifs fiscaux avantageux. Le plus connu d’entre eux est le PEA-PME (Plan d’épargne en actions • Petites et Moyennes Entreprises). Il permet à un contribuable de réaliser des investissements en actions ou obligations émises par une entreprise européenne, sans payer d’impôt sur ses plus-values ou ses revenus.

Le PEA-PME peut être souscrit auprès de n’importe quelle banque française et ce dispositif ne nécessite pas un montant minimum pour son ouverture. Il existe certainement des plafonds maximums concernant les versements sur le PEA-PME, respectivement 225 000 € pour une personne seule ou bien 450 000 € si vous êtes marié(e) soumis(e) à l’imposition conjointe.

Un autre avantage fiscal intéressant est la réduction d’impôt Madelin IR-PME qui s’adresse aux particuliers effectuant des investissements directs au capital de PME non cotées. Cette réduction d’impôts concerne principalement ceux soumis à l’Impôt sur le Revenu (IR), mais elle varie selon la zone géographique où se situe la société bénéficiaire du financement : jusqu’à 18% dans les zones ‘très tendues’ contre seulement jusqu’à 16% dans celles qualifiées ‘intermédiaires’. Ces taux peuvent grimper jusqu’à un maximum absolu de 10 000 euros pour une personne unique et 20 000 euros pour un couple, y compris leurs enfants mineurs.

Pensez à bien noter que ces avantages fiscaux sont soumis à des conditions strictement réglementées par la loi française pour éviter les abus potentiels envers les investisseurs trop avides d’avantages fiscaux. Pensez à bien vous renseigner auprès d’un spécialiste en la matière afin d’éviter toute erreur et de ne pas être pénalisé dans votre investissement au détriment du rendement attendu sur le long terme.

Comment évaluer le potentiel de croissance d’une entreprise avant d’investir ?

Investir dans une entreprise est toujours une décision risquée, mais cette option peut être très rentable si vous êtes en mesure d’identifier les entreprises présentant un potentiel de croissance solide. Pour évaluer le potentiel de croissance d’une entreprise avant d’investir, pensez à bien prendre en compte plusieurs facteurs clés.

Pensez à bien comprendre l’état actuel du marché sur lequel l’entreprise évolue ainsi que la concurrence présente sur ce marché. Effectivement, si le marché est déjà saturé ou si la concurrence y est trop forte, cela pourrait limiter la capacité de l’entreprise à se développer.

Il faut aussi analyser les performances financières et opérationnelles passées de l’entreprise pour avoir une idée plus précise des tendances futures. Les revenus et les bénéfices sont deux éléments importants à surveiller car ils sont généralement considérés comme des indicateurs fiables pour prédire la performance future.

Pensez à bien vous intéresser aux perspectives futures pour l’activité économique globale du pays où opère l’entreprise ciblée : les prévisions économiques peuvent aider à déterminer quel secteur sera porteur –ou pas• dans un futur proche ou lointain.

N’hésitez pas non plus à rencontrer directement le dirigeant (CEO) ou encore tout membre influent au sein du management qui vous permettra, au-delà des chiffres et résultats comptables connus, de mieux appréhender leur vision stratégique ainsi que leurs plans concrets pour atteindre ces objectifs fixés. Une rencontre souvent constructive !

Attention aussi à ne pas oublier les risques inhérents à tout investissement et à déterminer quelle serait la répartition optimale de l’investissement entre différentes entreprises afin d’éviter une concentration excessive du portefeuille.

Lorsque vous investissez dans des PME, pensez à bien évaluer leur potentiel de croissance avant de prendre votre décision. Si le processus peut sembler long et fastidieux, cela aide à éviter les mauvais choix qui peuvent avoir un impact négatif sur vos finances personnelles.

à voir