Le décès du souscripteur est une raison légale de résiliation de l’assurance.

Toutefois, comme le contrat d’assurance automobile est un contrat d’assurance obligatoire, le législateur a prévu des mécanismes spécifiques pour assurer sa continuité.

A lire aussi : Qui est bénéficiaire d’une assurance vie ?

Ainsi, le contrat d’assurance automobile n’est pas automatiquement résilié après le décès de l’abonné. Il est conservé et les héritiers sont tenus de remplir les obligations du défunt.

A lire aussi : Comment obtenir un relevé d'information ?

La poursuite du contrat au profit des héritiers

L’ article L 121-10 du code des assurances dispose que « En cas de décès de l’assuré ou de cession de l’assuré, l’assurance doit être maintenue sur la base du droit au bénéfice de l’héritier ou de l’acquéreur, par ce dernier afin de satisfaire à tous les obligations que l’assuré était tenu assureur en vertu des termes du contrat.

Concrètement après le décès de l’assuré, le contrat d’assurance est maintenu. Les héritiers bénéficient des garanties prévues par le contrat d’assurance. En revanche, les héritiers doivent assumer les obligations qui incombent à l’assuré, notamment le paiement de la prime.

Le respect du contrat permet d’éviter les situations de désassurance. Les héritiers ont le temps d’opter pour une solution d’assurance automobile adaptée à leur situation.

Résiliation du contrat par l’assureur

Dans son deuxième alinéa ,l’article L 121-10 du code des assurances dispose que « L’assureur, l’héritier ou l’acheteur peut, toutefois, résilier le contrat. L’assureur peut résilier le contrat dans un délai de trois mois à compter de la date à laquelle l’entrepreneur final des biens assurés a demandé le transfert de la police à son nom. »

C’ est donc l’hypothèse dans laquelle l’héritier souhaite garder le contrat d’assurance, il fait une lettre à l’assureur à cet effet. L’ assureur dispose alors d’un délai de trois mois pour accepter ou résilier le contrat. En effet, la validité d’un contrat d’assurance automobile est en partie liée à des critères spécifiques à l’assuré. L’héritier ne répond pas nécessairement à ces critères de souscription (bonus-malus, âge, zone géographique… etc.). Dans ce cas, l’assureur peut légitimement résilier le contrat.

Par exemple, dans le cas d’une assurance de recouvrement automobile, l’assuré doit avoir un véhicule principal assuré à son nom et être en situation de prime. Si l’héritier ne respecte pas ces conditions, l’assureur peut donc résilier le contrat.

D’ autre part, si l’héritier remplit les conditions de signature, l’assureur peut passer l’assurance en son nom.

Résiliation du contrat par l’héritier

Lorsque l’héritier du bien assuré est connu, l’héritier peut demander la résiliation du contrat. En effet, on peut considérer qu’à ce moment-là, un transfert de propriété s’est produit. Le transfert de propriété est une raison de résiliation.

Dans les cas où l’assurance est obligatoire, par exemple pour un véhicule à moteur, c’est de préférence le nouvel assureur qui doit demander la résiliation auprès de l’ancien assureur. La demande du nouvel assureur la continuité du contrat d’assurance est certaine. L’héritier remplit son obligation d’assurance pour un véhicule automobile terrestre. Cette obligation s’applique bien sûr, pour les véhicules de collection.

L’ héritier, une fois nommé, pourra également activer les mécanismes traditionnels de résiliation prévus par la loi Châtel et Hamon .

Mise en place de statut d’héritier par le retour de succession

Pour faire une demande de résiliation après le décès de l’assuré, il sera nécessaire de déterminer qui les héritiers ont le droit de faire une telle demande.

En général, le premier document envoyé à l’assureur est le certificat de décès. Il sera alors nécessaire de transmettre les coordonnées du notaire responsable de la propriété. En fait, tant que la succession n’est pas prononcée, il sera responsable de l’administration des biens pour le temps de rechercher les héritiers et de faire l’inventaire des biens.

Ensuite, le notaire dressera la liste des héritiers appelés à collecter la succession. Une fois le retour établi, il est signalé dans un acte de notoriété.

Cet acte établit clairement l’identité du nouveau propriétaire de la propriété, l’héritier. Cet acte notarié doit être transmis à la compagnie d’assurance. Seul l’héritier identifié peut demander l’entretien ou la résiliation du contrat d’assurance automobile.

Les procédures administratives sont souvent les derniers actes que l’on veut traiter après le décès d’un être cher. Cependant, elle doit être traitée avec diligence afin que la succession se déroule le plus facilement possible. Le notaire sera votre relais principal dans cet événement. Votre assureur conseil peut également vous aider à gérer la transition des différents contrats d’assurance de la personne décédée.

Comment trouver une assurance auto attractive et pas chère ?

Lors de la souscription d’un contrat d’assurance auto, il est nécessaire de bien s’informer sur les clauses de résiliation du contrat avant de souscrire. C’est, en effet, pour pouvoir vous libérer facilement de cet engagement en cas d’insatisfaction ou d’incapacité de s’acquitter des primes d’assurance sur le long terme.

En parlant de frais d’assurance auto, il est indispensable de bien étudier les offres des assureurs avant toute signature de contrat. C’est pour une meilleure gestion de votre budget pour les déplacements en voiture ou à moto. C’est également pour profiter d’une couverture intéressante et satisfaisante en cas de sinistre.

N’hésitez pas à comparer les offres en ligne pour dénicher la formule d’assurance qui vous correspond. Un outil de comparaison performant vous permet, en effet, d’analyser les garanties proposées par chaque acteur de l’assurance auto sur le marché. C’est aussi l’occasion de comparer les tarifs et les primes d’assurance et de cibler l’offre à la mesure de votre budget.

Si vous êtes un chauffeur expérimenté, il vous est possible de souscrire une assurance au tiers classique. Vous pouvez y ajouter une garantie conducteur et une garantie défense et recours pour mieux assurer vos arrières en cas de sinistre.

L’assurance intermédiaire s’adresse aux conducteurs qui souhaitent une certaine protection afin d’être tranquilles au volant. L’assurance tous risques est pour les chauffeurs qui ont besoin d’un maximum de couverture pour conduire en toute sérénité d’esprit.

Comparateur d’assurance auto : vigilance s’impose !

Comparer les offres en assurance auto, ce n’est pas seulement étudier les garanties et les tarifs. C’est aussi détecter, avant toute signature de contrat, les pièces et les clauses qui désavantagent les assurés.

Avant de choisir une assurance auto, il est indispensable de bien lire et comprendre les clauses relatives aux exclusions de garantie.

Assurez-vous également que la formule d’assurance auto de votre choix ne comporte pas de délai de carence. Si un sinistre se produit pendant la période de carence, l’assureur n’est pas tenu de vous couvrir et de vous indemniser pour le dégâts constatés.

Enfin, faites attention au montant de la franchise auto et à ses conditions d’application. Si la franchise est trop avantageuse pour l’assureur, vous courez le risque de ne percevoir aucune indemnité en cas de sinistre responsable ou de non identification du tiers responsable.