Le fonctionnement d’un FCPR

« FCPR » est le sigle utilisé pour désigner le fonds commun de placement à risque. Vous avez compris qu’il s’agit ici d’un placement financier. Il permet d’investir dans des titres de sociétés non cotées. S’il y a encore quelques années, le FCPR était réservé aux investisseurs institutionnels, il est désormais accessible à tous. Seulement, avant d’y mettre votre argent, il faudrait comprendre son fonctionnement. Par la même occasion, nous allons également vous présenter ses avantages.

Le FCPR : comment fonctionne-t-il ?

Si le FCPR est dit « fermé », c’est que sa durée de vie est dans la plupart des cas limitée. Là, elle peut s’étaler entre six et dix ans. Cependant, certains FCPR peuvent être « ouverts » ou « perpétuels ». Ces derniers ont une durée de vie pouvant aller jusqu’à 99 ans. Dans les deux cas, la durée de vie du FCPR est toujours indiquée dès sa création. On peut alors répartir le cycle de vie d’un FCPR en cinq grandes phases :

A lire en complément : Comptable Débutant : Zoom sur les Salaires en Entreprise

  • La période de souscription : cette première phase est limitée et fixée à l’avance. D’un FCPR à un autre, la durée de la souscription est variable. Elle peut aller de quelques mois à deux ans. Lorsque cette période est écoulée, la souscription à un FCPR ne peut plus se faire,
  • La phase d’investissement : pendant cette période, la société de gestion s’active pour identifier les entreprises à fort potentiel de croissance, notamment les entreprises dans lesquelles il serait intéressant d’investir. L’argent des souscripteurs est alors investi dans les entreprises sélectionnées. Pendant cette période d’investissement, la société de gestion s’occupe du suivi des participations pour le compte du FCPR,
  • La phase de pré-liquidation : cette phase est facultative, mais si elle a lieu, la société de gestion informera les souscripteurs par courrier. Elle commence alors à céder les titres en portefeuille. À cette étape, aucune participation dans de nouvelles sociétés ne peut plus être prise par le FCPR,
  • La phase de dissolution : cette phase se concrétise par la décision de mettre un terme à la vie du FCPR. Elle conduit bien sûr à la phase de liquidation, mais cette prochaine étape doit avoir l’agrément de l’AMF,
  • La phase de liquidation : une fois la phase de liquidation ouverte, la société de gestion cède les dernières participations. Elle se charge également du partage des éventuelles plus-values entre les souscripteurs en fonction de la quote-part qu’ils détiennent dans le fond. Cette phase de liquidation doit prendre fin au plus tard à l’échéance du FCPR. Cependant, la durée de vie prévue initialement peut être prorogé sur un à trois ans en fonction de la qualité des choix de support et la stratégie de désinvestissement adoptée par la société de gestion.

Les avantages du FCPR

Les cinq grandes phases du cycle de vie d’un FCPR développées ci-dessus vous laissent comprendre qu’on parle ici d’un investissement à long terme. D’ailleurs, précisons que l’argent investis dans ce type de placement est bloqué jusqu’à la dernière étape. Ceci peut freiner certains investisseurs, mais le FCPR présente aussi des avantages qui peuvent vous convaincre.

A lire en complément : Comprendre la table de mortalité viager : fonctionnement et utilité

Le premier avantage que nous pouvons évoquer pour le FCPR est sa performance moyenne annuelle. Cette dernière est nettement supérieure à celles des autres classes d’actifs. Précisons toutefois que les chiffres que vous avez trouvés sur les années passées ne s’appliqueront pas forcément dans le futur. Parmi les avantages du FCPR, on peut également citer l’exonération d’IR sur les plus-values après cinq ans de détention de parts.

La qualification « à risque » dans l’appellation « fonds commun de placement à risque » peut également effrayer plus d’un. Cependant, il faut que vous compreniez que les risques sont mutualisés sur un portefeuille d’entreprise. Pour ce placement, la diversification est une des règles à appliquer. Vous pouvez très bien limiter le risque de perte de capital en prenant différentes participations dans différentes sociétés. Certains placements sont soumis à la volatilité des marchés et aux événements économiques mondiaux, mais ce n’est pas le cas du FCPR. On parle ici d’investissement dans ces PME, d’où la constance de l’investissement.

Ces avantages vous ont peut-être convaincu, mais pour vous lancer, il serait judicieux de se faire épauler par des professionnels.

à voir