Attention aux intérêts débiteurs !

Attention aux intérêts débiteurs !

Les Français ont tendance à jongler avec leur découvert puisque les finances ne permettent pas toujours de faire face aux dépenses. Il y a donc des intérêts débiteurs à prendre en compte et la facture peut être salée au fil des mois. Nous vous conseillons de bien vous renseigner par rapport aux dépassements du découvert ou au solde débiteur de votre compte, cela devrait éviter les mauvaises surprises. 

L’intérêt débiteur se nomme également agios

Ce sont des frais considérables qui peuvent entacher vos finances mensuelles. Nous vous conseillons de bien comparer les frais bancaires de tous les établissements puisqu’ils ne sont pas les mêmes. Lorsque vous êtes en situation de découvert bancaire, vous devrez donc payer des intérêts débiteurs. Ces agios sont plus ou moins élevés en fonction de la banque. Ils sont facturés dès que votre compte est négatif ou si vous avez dépassé le montant de la facilité de caisse. 

A lire également : Ado : comment bien gérer son argent ?

Que ce soit pour un retrait d’espèces, un chèque, une carte bancaire ou un prélèvement automatique, vous n’êtes pas à l’abri d’avoir un tel débit supplémentaire. Certains Français ne peuvent pas boucler la fin du mois sans piocher dans le découvert. Cela est problématique puisque des frais supplémentaires sont ajoutés. Toutefois, les banques sont contraintes depuis quelques années de prévenir les clients qu’une certaine somme sera prélevée à cause de cet intérêt débiteur

Vous pourrez aussi retrouver facilement les agios dans les relevés de compte, car la loi demande aux banques d’être précises. Si vous ne souhaitez pas régler ces frais supplémentaires, il est conseillé de ne pas piocher dans le découvert, mais cela est parfois difficile. Il est dans certains cas de figure un peu plus intéressant de prendre un petit prêt afin de faire face à certaines dépenses du quotidien. 

A lire aussi : Pourquoi financer un projet ?

Un calcul précis pour les intérêts débiteurs

Trois étapes sont nécessaires pour obtenir le montant qui sera prélevé sur votre compte bancaire. Il faut additionner tous les nombres débiteurs de la période et multiplier le résultat avec le taux effectif annuel. Le nombre obtenu sera ensuite divisé par celui dédié aux jours de l’année civile en cours. Plusieurs facteurs peuvent donc avoir un rôle pour les frais bancaires. Il y a bien sûr le montant du découvert, la durée du solde négatif ou encore la date de valeur.

Si vous avez des doutes ou des questions, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre banque afin de récupérer le montant de votre découvert, le pourcentage appliqué si vous êtes à découvert. Si vous avez par exemple un compte qui se retrouve dans le négatif pour un montant de 500 euros, vous devriez payer plus de 5 euros pour les frais bancaires, cela peut donc être problématique sur le long terme. C’est pour cette raison que le découvert doit être utilisé de manière occasionnelle et non régulière. 

Opter pour un petit crédit

Lorsque vous calculez les frais engendrés par un découvert, vous constatez rapidement que ceux appliqués pour un microcrédit sont plus faibles. Certains Français n’hésitent pas à demander un financement jusqu’à 600 euros pour faire face à des dépenses courantes. De plus, vous lissez le remboursement sur près de 6 mois, cela permet de réduire les coûts et de ne pas plonger à nouveau dans le rouge à cause des frais liés aux agios. Il est possible de renouveler le microcrédit lorsque vous avez remboursé la somme.

à voir

Comment investir dans le private equity ?

Les investissements dans des actifs non cotés peuvent prendre plusieurs formes. Lorsque vous placez des actions, c’est-à-dire en devenant actionnaire d’une société non cotée sur ...