Tarif en baisse pour les assurances habitation

De nombreux Français sont de plus en plus préoccupés par la hausse des prix. Cependant, il existe des secteurs qui échappent à cette hausse comme celui des assurances habitation dont les tarifs ne font que baisser. C’est ce que révèle une source dans son baromètre 2022. Voici ici plus de détails sur cette tendance baissière des primes d’assurances habitation qui échappent encore à l’inflation sans cesse galopante.

Tarif des assurances habitation : une baisse de 17 % sur les cinq dernières années

Après avoir enregistré en 2020 une baisse de 8,7 %, le tarif moyen des assurances habitation a également connu en 2021 une chute de 2,5 %. Au total, ce type d’assurance a chuté de 17 % sur les cinq dernières années. La raison principale de cette tendance est l’arrivée de nouvelles assurances habitation 100 % digitales dont les tarifs sont plus attractifs que les assureurs classiques.

A découvrir également : Quelle assurance choisir en 2022 ?

Si les tarifs de ces nouvelles assurances habitation en ligne sont plus compétitifs, c’est justement parce qu’elles ne disposent pas d’agences en physique. De ce fait, elles limitent sensiblement les frais, ce qui leur permet de pratiquer des tarifs bas. En conséquence, les assurances traditionnelles sont obligées de s’aligner derrière en proposant aussi des prix moins élevés.

Par ailleurs, les assurés ont désormais la possibilité de changer plus facilement d’assureur, ce qui leur permet de faire des économies. Cependant, il est important de prendre le temps de vérifier si avec un tarif inférieur, vous avez les mêmes garanties et franchises souscrites chez votre ancien assureur.

A voir aussi : Comment obtenir un relevé d'information ?

Le développement du télétravail, autre facteur clé qui a engendré une baisse des tarifs des assurances habitation

Outre l’émergence massive des assurances, la généralisation du télétravail due à la crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 est également l’un des éléments qui favorisent la baisse des primes. En effet, avec cette crise sanitaire, plusieurs travailleurs sont obligés d’alterner des jours en télétravail et d’autres au bureau. Néanmoins, ce phénomène qui risque de durer entraîne en conséquence une baisse de la sinistralité. En effet, plus les travailleurs sont à domicile, moins il y a de cambriolages.

Cela explique notamment la diminution des cambriolages de 20 % depuis 2020. De plus, plus les gens passent leurs journées à leur domicile, plus ils sont aptes à intervenir plus rapidement en cas d’incendie ou de dégât des eaux. Par ailleurs, il faut noter que le fait de démocratiser les systèmes de surveillance et d’alarme est par ailleurs un élément important. Leur installation joue en effet un rôle clé dans cette tendance baissière des tarifs d’assurance habitation.

Des prix qui varient en fonction des régions

Si les tarifs varient selon le logement des assurés ainsi que de leur profil, il faut noter que certaines régions profitent mieux de cette baisse des prix. C’est le cas par exemple de Nantes qui arrive en tête des plus grandes villes de France où il est moins coûteux d’assurer son habitation. Dans cette ville, la prime moyenne est de 1,9 euro au mètre carré.

Les villes de Strasbourg et de Lille viennent compléter le podium. Tout en bas de la liste, on retrouve Paris, Nice et Marseille. Les primes dans ces villes varient entre 2,4 et 2,9 euros au mètre carré. Au nombre des régions dans lesquelles les prix sont les plus bas, vous avez, en tête, la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire. À l’inverse, parmi les régions dans lesquelles les tarifs moyens sont élevés, on retrouve l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine.

à voir